Modèles d’Unimog et nomenclature

Cette liste donne un aperçu de la série de modèles Unimog à ce jour. Elle comprend les quatre séries de modèles de la machine agricole MB-trac !

Les modèles sont tous ci-dessous ou trouvez un modèle en utilisant la barre de recherche

Unimog Prototypes U1 – U6

Unimog 70200

Unimog Série 2010

Unimog Série 401

Unimog Série 402

Unimog 404 – Unimog S

Unimog 411 série

Unimog Série 406

Unimog Série 416

Unimog Série 421

Unimog Série 403 – 413

MB-trac BR 440

Unimog Série 425

Unimog Série 435

Unimog Série 424

MB-trac BR442-443

MB-trac BR441

Unimog 427

Unimog 407

Unimog 437

Unimog 417

Unimog 408

Unimog 418

Unimog 409

Unimog 405 – UGN

Unimog 437.4

Unimog 405 – U20

Unimog série 405

Unimog séries 437.427 – 437.437

Modèles d’Unimog et nomenclature

L’Unimog a été décliné en différents modèles avec une nomenclature bien précise. Il est important de savoir quel modèle se rapporte à quelle année. Cela peut être utile tout particulièrement lors de la recherche de pièces ou de manuels afin de réaliser des réparations.

Modèles et séries d’Unimog

Il n’est pas facile de comprendre comment Mercedes-Benz a nommé ses Unimogs construits en Allemagne. D’une part vous avez la série ou la gamme et ensuite à l’intérieur de celle-ci vous avez la numérotation des différents modèles modèles. Donc quand on fait référence à un Unimog 416, il faut savoir que cette série peut inclure les modèles suivants : U80, U90, U90T, U100/416, U100/U110/U1100T, U1100 L, U125.

Le premier modèle Mercedes-Benz s’appelait le U 2010, désignation qui remonte aux débuts de l’Unimog chez Erhard & Söhne à Schwäbisch Gmünd en 1946. La Gebr. Boehringer Maschinenfabrik à Göggigen, qui a produit l’Unimog de 1949 jusqu’au début de 1951, a utilisé exactement le même design de véhicule en lui donnant le numéro de modèle interne 70200. De juin 1951 à août 1953, les Unimogs Mercedes-Benz comme le U 2010 basé sur la même désignation utilisée à l’origine par Erhard & Söhne à Schwäbisch Gmünd.

En 1953, avec la deuxième série de modèles Unimog, la U 401, le « 4 » fut le premier des trois chiffres de la gamme de produits de l’Unimog. Il en va de même pour le MB-trac (séries 440, 441, 442 et 443).

Le but des variantes de modèle – par exemple U 405. 090 – était de faire la distinction entre les configurations d’équipement et de mieux classer la vaste gamme de véhicules différents au sein d’une série de modèles. Les numéros qui suivent la désignation de la série du modèle contiennent par exemple des informations sur la puissance du moteur, l’empattement, la cabine ou la plate-forme, par ex : U 405.090. L’autre définition couramment utilisée pour un Unimog est la désignation de vente ou de modèle, telle que U 1500.

La numérotation a été une peu anarchique au début. En effet, les U 401, U 402, U 404 et  U 411 ont curieusement été suivis d’un U 406. Ce n’est qu’en 1965, avec le U 416, que le premier numéro 4 est destiné à l’Unimog, le second numéro 1 à un empattement long et le numéro 0 à un empattement court. Le troisième chiffre 6 a été utilisé pour désigner le type. Cette logique a été mise en œuvre brièvement sur les U 403 à U 413, les U 406 à U 416, les U 407 à U 417 et les U 408 à U 418.

Réorganisation des désignations de modèles en 1975

Suite à la sortie des séries Unimog 425 et 435, Daimler-Benz a réorganisé les désignations des modèles. Les modèles Mercedes-Benz Unimog U 600/L, U 800/L, U 900 et U 1100/L présentent la forme ronde désormais classique. La nouvelle forme angulaire identifie les modèles Unimog U 1000, U 1300/L, U 1500 et le modèle phare U 1700/L avec une puissance moteur de 124 kW (168 ch).

La lettre L désigne une édition à empattement long, car la plupart des modèles sont désormais disponibles en deux variantes d’empattement.

Alors que l’Unimog à cabine ronde est classé dans la catégorie des séries légères, les nouvelles séries à cabine carrée sont divisées en séries moyennes et lourdes en fonction de leur poids brut autorisé, et certains moteurs se chevauchent.

Enfin, l’Unimog S reste le seul moteur à essence de la gamme, même si le nombre d’unités diminue sensiblement.

Les points forts techniques sont compréhensibles par tous : À l’exception du modèle d’entrée de gamme, au moment de la nouvelle désignation du type, tous les Mercedes-Benz Unimog sont déjà équipés de freins à disque sur tout le périmètre, bien des années avant que cet équipement de sécurité ne devienne courant sur les camions.

Nouveaux modèles Unimog à partir de 1988

Avec les séries 427 (janvier 1988), 407 (mars 1988), 437 (mai 1988) et 417 (septembre 1988), Daimler-Benz renouvelle entièrement la gamme des Unimog. La base était la cabine familière des séries moyennes et lourdes, qui était maintenant également introduite pour les modèles légers. De nouveaux empattements, dimensions, poids, châssis, poids et moteurs ont donné lieu à des véhicules entièrement nouveaux sous la tôle de la cabine.

La gamme est plus étendue que jamais. elle s’étend du petit et particulièrement maniable Mercedes-Benz Unimog U 600 d’une puissance de 44 kW (60 ch) et d’un poids brut de 4,5 tonnes à l’U 2400 à trois essieux, dont le moteur développe une puissance record de 177 kW (240 ch) pour une cylindrée de six litres.

Le véhicule à deux essieux peut peser jusqu’à 14 tonnes. À partir de 1993, l’Unimog U 2450 L 6×6, un modèle à trois essieux et quatre roues motrices, constitue le fleuron de la gamme.

En 1992, nouvelles séries et nouveaux modèles

En fin d’année 1992, les nouvelles séries légères et moyennes 408 (U 90) et 418 (U 110, U 140) remplaçaient les modèles précédents qui n’avaient que 4 ans.

Les principales modifications consistent en :

  1. un poste de conduite entièrement repensé,
  2. la section avant très inclinée, qui offre une bonne vue sur l’avant. Si nécessaire, le capot peut même être équipé d’un canal de visibilité asymétrique du côté du conducteur, ce qui permet de voir au mieux les connexions et les fixations,
  3. un nouveau châssis et des ressorts hélicoïdaux progressifs améliorent la tenue de route de l’Unimog. La conception du châssis permet une torsion extrême, mais l’ensemble est très résistant à la flexion : avec la suspension, il en résulte une excellente répartition de la charge sur les roues en tout-terrain. Les ressorts hélicoïdaux à action progressive assurent une qualité de suspension toujours bien adaptée, que ce soit en charge ou à vide. En outre, les amortisseurs télescopiques arrière fonctionnent en fonction de la charge et du trajet. Il en résulte une réduction de l’amortissement lorsque le véhicule est vide.

Tableau des séries et modèles d’Unimog

Ci-dessous, vous trouverez les différents modèles d’Unimog et la nomenclature s’y rapportant. L’ordre de présentation des modèles Unimog est en partie basé sur l’année de fabrication.

Par exemple, le détenteur du record en termes de nombre de variantes de modèles avec différents empattements, moteurs et cabines était la série 437 (produite de 1988 à 2003) avec 26 variantes de modèles. Au fil des ans, l’Unimog a connu des changements considérables en ce qui concerne ses dimensions. Jusqu’à la fin de la production à Gaggenau, les plus gros Unimogs lourds étaient les U 2450 L 6×6 d’un poids total autorisé de 17 tonnes et les U 2400 TG de 18 tonnes (jusqu’à 221 tonnes pour le déneigement). Le poids total autorisé en charge est passé de 3,15 tonnes en U 2010 (1951) à 16,5 tonnes en U 527 et U 530 actuels. La puissance du moteur a grimpé en flèche durant cette période, passant de 18 Kw/25 ch (U 2010) à 220 kW/299 ch aujourd’hui.